Drapeaux djihadistes dans les rues de Paris: faut-il s’en inquiéter ?

Ce drapeau noir aux lettres arabes blanches qui domine le cortège de la manif Gaza, je l’ai déjà vu quelque part: sur les vidéos des djihadistes et des salafistes. Les organisateurs de la manifestation ont demandé au petit groupe de militants qui agitent cet étendard de le retirer du cortège. Ils ont refusé. Je m’approche du porteur du drapeau:

Gaza manif Paris du 23 juillet 2014 (88)

- Pourquoi pareil symbole dans les rues de Paris ? Visiblement je ne suis pas le seul à poser la question. L’homme est agacé. "C’est  juste écrit qu’il n’y a de Dieu que Dieu et que Mohamed est son prophète. Le drapeau aurait pu être blanc".  De plus il ne porte aucune inscription rappelant "l’Etat islamique en Syrie et au Levant".

- "Mais pourquoi donner un caractère religieux à ce cortège ? "C’est encore Dieu qui le veut" me répond le porte-drapeau qui repliera gentiment son emblème en arrivant place des Invalides ou les manifestants doivent se disperser…

Gaza manif Paris du 23 juillet 2014 (37)

Pas si "cool" que ça la manif Gaza du 23 juillet: pas de violences physiques mais une offensive verbale sans nuance. Les télés ont fait preuve d’un bon sens des responsabilités en ne diffusant que des images avec des slogans "soft" du genre : "libérez la Palestine", "levée du blocus » ou "Gaza mon amour". Mais d’autres écriteaux circulaient dans la foule: une croix gammée associée à l’étoile de David, une caricature de juif qui m’a rappelé les affichettes placardées sur les murs de Berlin avant la nuit de cristal en 1938, des pancartes dénonçant une "folie génocidaire d’Israël et un état raciste ou une complicité du président de la république française »…

Gaza manif Paris du 23 juillet 2014 (33)

Devant l’église saint-Vincent de Paul le 23 juillet… Pas d’incidents.

Je ne publierai pas ces images sur mon blog pour ne pas faire écho à des propos pareils. On me dit que les slogans lancés dans les manifs en Allemagne sont bien pires . Alors vivement une paix pour Gaza et l’allègement du blocus.

Ph Rochot

Publié dans Non classé | 2 Commentaires

Peut-on encore sauver l’Irak ? Philippe Rochot

 

L’envoi de 300 conseillers militaires américains à Bagdad suffira-il à inverser la tendance et contribuer à restaurer la souveraineté du pays ? Seule l’administration Obama dans sa grande naïveté peut y croire. Même si ces hommes vont tenter de réorganiser l’armée irakienne afin qu’elle bloque l’offensive djihadiste sur Bagdad, il en faudra un peu plus pour convaincre les tribus sunnites de renouer avec le pouvoir central.

Image

Soldat américain, région de Bassora, sud de l’Irak, 2003. (Photo Ph Rochot.)

Les djihadistes étaient absents d’Irak en 2003 quand Georges Bush a pris le prétexte de l’existence d’Al Qaïda pour faire tomber le dictateur irakien.. Ils ont donc profité de la déstabilisation provoquée par les Américains et les britanniques pour s’enfoncer dans la brèche et s’installer en Irak . L’objectif de Georges Bush était clair : poursuivre la mission de son père qui avait « bouté l’armée irakienne hors du Koweit » et aller jusqu’à Bagdad déloger le dictateur irakien.

Image

Frontière Irak / Koweit, cimetière de chars. (Photo Ph Rochot)

Les « observateurs » font remonter la crise à l’invasion du Koweit par l’armée irakienne en 1990. Mais elle est bien antérieure. Saddam Hussein s’est lancé dans cette aventure militaire car il estimait n’avoir pas été payé en retour pour les services rendus à l’occident. A savoir, tenter de renverser la république islamique d’Iran et faire barrage à la vague chiite qui a fait suite à l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeiny à Téhéran. La guerre contre l’Iran aura coûté à l’Irak près de 800.000 morts pendant que le Koweit observait en simple spectateur deux armées s’étriper à sa porte sur le front du Chatt el arab.

Image

Saddam Hussein, en 1974 alors qu’il vient d’arriver au pouvoir. (Photo Ph Rochot)

Saddam n’avait que mépris pour le Koweit, état artificiel créé par les britanniques sur des terres irakiennes pour éviter que l’Irak ne devienne un pays trop puissant aves ses fabuleuses ressources pétrolières. « Le Koweit paiera » disait le maître de Bagdad. Mais le Koweit n’a pas payé. Ou si peu. L’éclatement de l’Irak remonte ainsi à cette guerre Irak-Iran des années 1980. Le pays ne s’en est jamais relevé. Ni vainqueur ni vaincu disait-on en 1988. Erreur ! Un vaincu, l’irak qui le paye encore aujourd’hui : un pays éclaté en trois où la seule région stable est étonnamment le Kurdistan irakien, contre qui Saddam Hussein a toujours fait la guerre.

Image

Djihadistes dans les environs de Tikrit, autrefois fief de Saddam Hussein (photo DR, reprise site RFI)

Le pays sunnite en révolte s’est rangé aux côtés des djihadistes, chose inimaginable il y a seulement dix ans. Et le pays chiite, de Bagdad à Bassorah, favorisé après la chute du dictateur est aujourd’hui ébranlé, vulnérable, déstabilisé, impuissant et son avenir soumis à la bonne volonté américaine…

ImageMosquee de Samarra, lieu saint chiite en terre sunnite, à 100 km de Bagdad, et dernier terrain d’affrontement entre les djihadistes et l’armée irakienne…. (Photo Ph Rochot), 

En 1974, jacques Chirac, chef du gouvernement, effectuait le premier voyage d’un dirigeant français auprès de Saddam Hussein le nouvel homme fort d’Irak. Et Chirac avait été séduit. « C’est un élément de stabilité dans la région » nous disait-il. Faut-il donc croire que seul un dictateur peut maintenir l’unité dans ces pays arabes divisés en véritables mosaïques ethniques et religieuses ? Nous devons en refuser l’idée, favoriser des forces démocratiques qui sauront dominer ces clivages religieux et faire barrage à la poussée des djihadistes. Beaucoup de temps devra sans doute s’écouler au pays des deux fleuves.

Philippe Rochot

Publié dans Articles, Non classé | 1 commentaire

Le Jihad en Irak peut-il nous faire oublier la Syrie ? Philippe Rochot

 

EIIL_Syrie

Les images fournies par les djihadistes de l’Etat Islamique en Irak et au Levant » dépassent largement dans l’horreur celles qu’ont pu mettre en ligne les combattants d’El Qaida en Syrie, ou les Talibans depuis l’Afghanistan. Mais le message a le mérite d’être clair. Il n’y aura pas de quartier pour ceux qui se battent aux côtés des chiites irakiens  et encore moins pour l’armée régulière.

Image

Ces images qui circulent sur le net, les quelque deux mille spectateurs qui ont assisté à la soirée d’Arte « je vous écris de Syrie » les avaient en tête. On regrettera donc que ce rassemblement, destiné à l’origine à soutenir les quatre otages français libérés depuis, était surtout destiné à « donner de l’émotion »  et guère d’informations. La présence d’Ossama Mohamed, réalisateur du film «l’eau argentée, autoportrait de Syrie » nous éclaire pourtant sur l’opportunité de diffuser et de faire circuler ces images d’horreur. « La pire des violences serait de ne pas montrer ces images… » nous dit le cinéaste syrien qui a fait sensation au festival de Cannes et ajoute : « le silence sur les crimes est un crime ». Il faut approuver sa remarque et constater que nous sommes donc bien installés dans une nouvelle guerre des images. La force de celles qui nous viennent d’Irak fait basculer les regards vers « le pays des deux fleuves ». L’opération de « comm » lancée par l’EIIL est donc une réussite.

Image

L’arme de l’image est une chose, la prise d’otages en est une autre. L’EIIL l’utilise sans modération et sans état d’âme. Les 49 otages turcs, capturés au consulat de Mossoul sont un défi au pouvoir en place à Ankara qui doit faire face à deux lignes de front : celle du régime de Bachar el Assad qu’il aimerait voir tomber et celle des djihadistes. La prise d’otage devient une carte maitresse entre les mains de ces combattants sunnites qui détiennent encore plus de dix otages américains et britanniques en Syrie.

Dans ces conditions, une intervention américaine peut-elle se justifier ? L’Amérique d’Obama qui a renoncé à toute intervention contre les forces de Bachar el Assad va finalement donner des gages au régime baasiste syrien en frappant son principal ennemi : l’Etat islamique en Irak et au Levant…

Image

Dans tous les cas, la guerre de l’Eiil est appelée à se déplacer de nouveau vers la Syrie. Soit l’offensive sur Bagdad marquera un coup d’arrêt avec le sursaut de l’armée irakienne et un éventuel « coup de pouce américain », auquel cas les forces djihadistes se replieront sur la Syrie. Soit l’offensive irakienne s’étendra sur l’Irak et les djihadistes dans un deuxième temps, ne songeront qu’à regagner les villes perdues de Syrie.

Philippe Rochot

Publié dans Non classé | 1 commentaire

La traversée de l’arc alpin: le pari pour la vie, de Michel Dimitrieff… Philippe Rochot

Michel Dimitrieff

Quand on lit le projet de Michel Dimitrieff, on pense à la citation chère aux grands alpinistes Lionel Terray et Gaston Rebuffat : "la ou’ il y a une volonté il y a un chemin".

Michel dimitrieff fête du tour de france

Michel Dimitrieff  : fête du tour de France Embrun (photo Pat.Domeyne/ 2013  )

Car il faut une volonté à toute épreuve quand on est handicapé moteur et qu’on veut traverser l’arc alpin en tandem, avec à la clé une dizaine de cols les plus prestigieux de nos montagnes. Michel va déniveler ainsi plus de 16.000 mètres, presque deux fois la hauteur de l’Everest. Mais pareille performance n’effraie pas ce garçon de 43 ans.

ImageMichel Dimitrieff en cascade de glace (Freissinière, massif des Ecrins: photo Pierre Jamet)

La lésion des nerfs moteurs dont il souffre depuis la naissance ne l’a pas empêché de réussir l’ascension de sommets prestigieux avec piolets et crampons: le Dôme des Ecrins, l’arête des Cosmiques ou la face Nord de la Tour ronde. De ces exploits, Michel a même réalisé un reportage poignant: "sur le fil d’un rêve" , sélectionné dans plusieurs festivals du film d’aventure, ou l’on peut mesurer l’effort que représente chacun de ses pas dans sa progression vers les cimes. Il doit cette performance à sa propre volonté et à la poignée d’amis, de guides, d’alpinistes, de cyclistes  qui l’ont accompagné et qui le suivront encore dans la traversée de l’arc alpin.

Michel-Dimitrieff-600x450

Ce parcours, Michel l’aurait fait volontiers sur un vélo de course mais son problème de coordination des mouvements l’oblige à adopter le tandem, seul moyen de progression en raison de son handicap. Pareille épreuve est pour lui salutaire car depuis trois ans il souffre en plus d’une « chondropathie féméro-patellaire »: traduisez, une usure du cartilage du genou. Les mouvements, le pédalage, le sport, lui permettent de limiter la progression du mal et d’entretenir sa masse musculaire.

Michel au Galibier (photo du blog de Michel)

Michel Dimitrieff (à droite) en entraînement au col du Galibier: juin 2014

Il s’élancera donc le 27 juin prochain, avec son enthousiasme et ses souffrances, pour un parcours en tandem de 650 km, de Thonon les bains à Menthon, ce qui ne l’effraie pas. Début juin, il a déjà  gravi par deux fois le redoutable col du Galibier et ses 2500 mètres d’altitude et se trouvait le samedi 14 juin au col de Vars… Simple entraînement dit-il.

B Vallouise dec 2011 pic bonvoisin (2)

La vallée de la Vallouise aux portes du parc des Ecrins: le "repère" de Michel Dimitrieff…

Mais le projet de traversée Nord-sud de l’arc alpin va bien au delà de ce parcours d’obstacles dans un des plus beaux paysages des Alpes. Il est l’occasion de montrer et de prouver qu’un homme peut tenter de dépasser sa situation de handicap et réussir une performance qui rebuterait de nombreux amateurs en pleine possession de leurs moyens.

Philippe Rochot

 

Pour le suivi de l’expérience, voir :

Le blog de Michel : : http://www.micheldimitrieff.com/tandemaventure/index.php,

Le site de Michel: micheldimitrieff.com.

 

 

 

 

Publié dans Montagne, Non classé | Poster un commentaire

Tiananmen, place maudite… Philippe Rochot.

Le silence pèse une nouvelle fois sur Tiananmen. A l’approche du 25ème anniversaire de la répression de la place la plus célèbre de Chine, tout laisse penser que le parti ne reviendra pas sur sa position: nier et taire l’événement. Mais peut-on occulter l’intervention d’une armée sur une place dont la superficie égale sept fois la place de la Concorde et qui aurait fait entre six cents et trois mille morts ?

047 Chine a Pékin Tienanmen Assemblée populaire_2005 (2)

La place la mieux surveillée du monde: (Photo Ph Rochot)

Pour Xi Jinping, le N°1 chinois, comme pour Hu Jintao, la nuit du 4 juin 1989  ne doit pas exister dans l’histoire de la Chine. La place est donc une nouvelle fois quadrillée par les forces de l’ordre. On dit que sur Tiananmen, un passant sur deux est un policier en civil. Et c’est sans doute exact. Car le système est bien rôdé avec ses caméras de surveillance, ou ses cars de la sécurité aménagés en commissariats et garés à distance. Un manifestant ne peut espérer s’exprimer plus de quelques secondes avant d’être maîtrisé et interpellé.

 

Image

Caméras de surveillance sur la place Tiananmen: (photo Ph Rochot)

La police anti-émeute s’est livré ces derniers jours à des démonstrations de force très médiatisées. Une cinquantaine de militants pour la défense des droits de l’homme ont été éloignés de pékin pour cet anniversaire ou même incarcérés selon Amnesty International. Une dizaine d’universitaires, écrivains et avocats qui avaient organisé un mini-colloque dans un appartement de Pékin ont été interpellés.

 

1b chine Pékin tienanmen blindé 1989 (2)"Tankman": l’homme qui fait face aux blindés sur Tiananmen et dont personne n’a retrouvé la trace.

Dans ces conditions toute commémoration, hommage aux victimes, dépôt de gerbes, recueillement est totalement exclu. La place sera muselée pour cet anniversaire tout comme la « toile »  est muselée. Le mot « 4 juin » date du massacre est censuré. Les noms de dirigeants, associés au soulèvement de Tiananmen comme Hu Yaobang, le « Gorbatchev chinois » qui avait soutenu le mouvement étudiant à ses débuts et dont le décès avait mobilisé les foules, ont été bloqués sur la toile.

Image

Un Tiananmen en "lego" pour échapper à la censure du net…(invention d’un internaute)

Les médias chinois ne souffleront mot du 25ème anniversaire du soulèvement de Tiananmen qui fascine pourtant le monde mais dont l’opinion chinoise est écartée. Car le discours officiel reste le même : « manifestants manipulés de l’étranger, campagne hostile des médias occidentaux, exagération autour d’une simple opération de maintien de l’ordre ». Officiellement les Chinois ne « savent pas » ou ne veulent pas savoir, ne  pas faire face à pareil événement. Même les Chinois vivant à l’étranger ont du mal à reconnaitre la nature même de la révolte et de la répression. La volonté d’occulter Tiananmen est claire.

B Pékin Tienanmen

Rare jour de fête à Tiananmen… Photo Ph Rochot

Mais difficile de museler la presse et la toile. Trois mille manifestants se sont encore rassemblés cette année à Hong Kong et malgré la censure, les échos de ces marches pacifiques parviennent à Pékin.  Durant un  quart de siècle, le silence d’Etat s’est imposé mais le sens de l’histoire, la pression des familles de victime qui ont réussi à se regrouper en association poussera sans doute un jour le régime chinois à ouvrir les archives de Tiananmen et à les faire parler.

Philippe Rochot

Pékin 1er mai 2005 (10)

Un 1er mai place Tiananmen…(Photo Ph Rochot)

 

 

 

Publié dans Non classé | 2 Commentaires

Etre photographe à Roland Garros: (extraits "compétence Photo" N°40: Ph Rochot)

 

Les témoignages de deux photographes: Chryslène Caillaud, indépendante et Patrick Kovarick, AFP.  (Extraits de mon article pour la revue « Compétence Photo » N°40.)

Image

Photographes à Roland Garros (photo Ph Rochot)

            N’entre pas qui veut dans le temple du tennis pour saisir l’image des champions. 250 photographes sont accrédités pour le tournoi de cette année 2014. Les grandes agences sont favorisées car elles distribueront dans le monde entier les grands moments des matchs. ..La sécurité s’est renforcée au fil des ans. Les gardes du corps sont carrément sur les courts, assis à côté des joueurs et prêts à intervenir. ..

Image

Philipp Kohlschreiber photo de Chryslène Caillaud

Les photographes de l’AFP se souviennent de l’époque où ils consommaient plus de huit cent films à chaque tournoi  Les appareils argentiques étaient plus lents :il fallait déclencher au moment où le joueur au service frappait la balle, afin d’être sûr de ne pas manquer la riposte de l’adversaire.

«  A Roland Garros il y a « de moins en moins de place pour les photographes et de plus en plus pour les caméras »  (Chryslène Caillaud, photographe) »

« tous les joueurs se couchent par terre quand ils gagnent, donc la fosse est aussi une bonne position » fait remarquer Patrick Kovarik qui préfère néanmoins la tribune ou même la terrasse. Car la terrasse du Central est devenue accessible alors qu’elle était réservée dans les années 1980, au seul Yan Arthus Bertrand, chargé de réaliser le livre annuel de Roland Garros…"

Ph Rochot

Photo Roland garros papier Competene Photo

Publié dans Non classé | Poster un commentaire

Le dernier "bouclage" d’Henri Bureau… Philippe Rochot

Henri Bureau confiait facilement à ses confrères qu’il était hanté par le cauchemar de la photo manquée.. Peu d’événements de ces dernières décennies ont pourtant échappé à son objectif et son terrain d’action couvrait tous les continents.

Bureau revolution oeillets suspect 1974

Portugal, révolution des œillets 1974, Arrestation d’un traître…Prix du World Press (Henri Bureau)

« Un bon reportage est d’abord un reportage qui arrive à temps. »  Henri Bureau avait à tel point intégré ce mot d’ordre que ses photos arrivaient avec lui, à son agence, avec une avance de 48 heures sur ses confrères.

Bouclages Henri Bureau

Alors qu’ il n’existait ni ordinateur, ni réseau internet dans les années 70/80, le photoreporter ne pouvait compter que sur ses propres forces. Et Henri en avait. On l’a vu sur le front de la guerre Irak-Iran ou il était arrivé dans les premiers, décrocher du terrain pour rentrer à Paris au plus vite et distribuer au monde entier les premières images de ce conflit qui allait faire plus de 800.000 morts. La photo du soldat irakien regardant brûler les raffineries iraniennes restera le symbole de cette guerre.

Irak Iran guerre 1984 (6b)_modifié-2

Front Irak-Iran que traversa Henri bureau dans les premiers jours de la guerre. Photo Ph Rochot.

On l’a vu encore en Israël au début de la guerre du Kippour en octobre 1973, déjouer la censure en découpant ses négatifs pour les cacher dans un paquet de cigarettes et sortir les images saisissantes de ce tankiste syrien brûlé au napalm ou de ces prisonniers syriens ligotes,  sur le front du Golan. On l’a vu enfin en Pologne au cœur du coup d’état du général Jaruzelski, en février 1980, rapporter les premières photos des blindes fonçant sur Varsovie.

Henri Bureau bouclages

"Les reporters se retrouvent partout à travers le monde, dans des fosses puant le cadavre, dans des palaces ou dans les caves de Beyrouth grouillant de rats » écrit Henri Bureau dans son livre "bouclages". Mais c’était sans doute l’univers où il se sentait le plus à l’aise. Il avait gagné ses galons de grand reporter en planquant Brigitte Bardot ou Romy Schneider et avait su se dégager rapidement de la fonction de "paparazzi" pour faire ses premières armes dans la guerre du Vietnam au côté des plus grands. On le retrouve ainsi dans la bataille de Hue avec Don Mac Cullin comme compagnon de route, remontant les colonnes de réfugiés alors que tout le monde fuit l’avancée du Viêt-cong.

Image

Mai 68, de Gaulle vient de s’entretenir secrètement avec le général Massu..Photo de Henri Bureau.

Henri Bureau guettait la bonne image mais il avait le respect des hommes et s’il partait sur les traces du général de Gaulle c’était toujours pour la bonne cause. C’est lui qui fera la photo de retour du général, parti secrètement en mai 1968 pour s’entretenir avec le général Massu sur une éventuelle intervention de l’armée. Il savait composer avec les gendarmes veillant à la sécurité du chef de l’Etat tout en rusant pour capturer l’image.

Il a eu le temps de nous laisser son témoignage dans un livre. Une nouvelle fois Henri est arrivé avant le dernier bouclage…

Philippe Rochot

 

 

 

Publié dans Non classé | 3 Commentaires